Mes livres

Le prince charmant existe !

(Il est italien et tueur à gages)

 

56462508_268411377396827_8696445189620760576_n

 

Résumé

« Moi, c’est Robyn, jeune mère célibataire au langage fleuri, maladroite et tatouée. Politiquement incorrecte et fière de l’être ! Le seul prince charmant auquel je crois est le héros du conte que je lis à ma fille tous les soirs. Mon ex a failli me démolir et jamais plus je ne laisserai un homme me briser. Je jongle entre mon travail de barmaid et de tatoueuse pour joindre les deux bouts. Ma princesse et moi, c’est nous deux contre le reste du monde ! Donc, je ne succomberai pas aux beaux yeux turquoise du grand ténébreux solitaire qui s’est installé dans l’appart juste en face de chez moi. Je ne marcherai pas dans une crotte de chien devant lui du pied droit. Je ne me vautrerai pas à ses pieds en me demandant si je n’ai pas oublié d’enfiler une culotte sous ma robe. Et bien sûr, je ne le frapperai pas au visage avec une courgette génétiquement modifiée. N’empêche, le mystère qui auréole ce superbe spécimen italien m’attire irrésistiblement, même si la plupart du temps, il est profondément antipathique et indéniablement glacial. C’est grave docteur ? »

 

*****

EXTRAIT N°1

( Chapitre 2 : « Superficielle comme un pet de poule. »)

 

Robyn

J’aperçois une haute silhouette masculine qui s’engouffre dans l’ascenseur et je me mets à trottiner dans sa direction tant bien que mal avec mes talons aiguilles alors que les portes commencent à se refermer.

– RETENEZ-LE ! meuglé-je spontanément.

Une large main bronzée s’abat avec vivacité sur le capteur et les portes se rouvrent. Je me faufile dans l’ascenseur en passant sous un long bras tendu et je décoche mon fameux sourire solaire censé faire fondre la banquise à mon sauveur impassible.

– Merci, c’est…

Je ne termine pas ma phrase.

Arrêt sur image !

Mayday ! Mayday !

Souffle coupé.

Cœur qui tressaute.

Yeux écarquillés.

Bouche béante.

Entrecuisse… en phase de liquéfaction.

C’est lui.

Inutile de vous préciser qu’il est cent mille fois plus séduisant vu de près. De loin, il était déjà torride. Mais là, ce type atteint le plus haut niveau de la pyramide de la beauté mâle inventée par Nina et moi-même au lycée. ( Oui, les mecs attribuent bien des notes aux femmes, pourquoi pas nous ? Egalité des sexes que diantre ! )

Échelon Un : mignon.

Échelon Deux : canon.

Échelon Trois : acteur de cinéma.

Échelon Quatre : gravure de mode.

Échelon Cinq… BOMBE ATOMIQUE ET PULVÉRISATEUR DE DIGNITÉ FÉMININE.

Une fois, j’ai rencontré un Échelon Trois au pub. Mes hormones ont dansé un tango. Ce riche snobinard dans son polo de golf a balancé un regard dédaigneux à mes cheveux teints en violet et, avec le recul, j’ai un peu honte de dire que j’ai ajouté une pincée de piment dans son bourbon. Il a passé sa soirée aux WC. On récolte ce qu’on sème et je suis un chouia… rancunière.

J’ai couché avec un Échelon Un et un Échelon Deux après la fin de mon histoire désastreuse avec Lucas. Je n’ai jamais dépassé la barre de l’Échelon Deux, même dans le domaine du flirt.

Là, je suis enfermée dans un ascenseur très étroit et très suffocant avec la crème de la crème, un surréaliste Échelon Cinq catégorie explosive grand ténébreux aux yeux clairs qui respire le sexe et le danger. Il doit avoir une trentaine d’années. Une main enfouie dans la poche, l’autre tenant un paquet de croquettes pour chien, il porte un jean noir et une chemise bleu pâle retroussée aux coudes – ses avant-bras musclés et surtout tatoués me laissent pantoise – qui mettent en exergue sa taille immense et sa carrure sportive de boxeur poids lourd. Son visage est aussi attirant que son corps : des yeux turquoise à tomber par terre dont la luminosité est accentuée par son teint mat, une mâchoire carrée ombrée de barbe naissante et, pour couronner ce tableau de maître, des lèvres pleines dans lesquelles je croquerais volontiers. Ses cheveux châtains aux reflets dorés sont coupés courts sur les côtés et plus longs au sommet du crâne. Ils forment une masse décoiffée, épaisse et soyeuse, que je meurs d’envie de caresser. Je distingue la partie supérieure d’une arabesque noire hérissée de pointes dans son cou épais qui disparaît sous le col de sa chemise.

S’il y a bien une chose qui me fait perdre les pédales chez un beau jeune homme – plus que d’habitude, j’entends – ce sont les tatouages.

– … courtois de votre part, achevé-je dans un gargouillis minable.

EXTRAIT n°2

( Chapitre 6 : « T’écorcher pour garder ta peau tatouée en trophée »)

 

Valentin

Alors que je boutonne ma chemise, je reçois un texto… de Robyn.

Improbable.

« Mon varan, tu ne vas pas le croire ! J’ai été remercier mon Terminator italien trop canon et il venait de sortir de la douche. Un pur délice. Avec juste une serviette autour de la taille. Des abdos en béton et des pecs à la Chris Hemsworth. Et ses tatouages, putain ! J’ai tellement mouillé ma culotte que j’ai dû allumer mon sèche-cheveux en rentrant 😉 »

Je ris comme je n’ai pas ri depuis des années.

« Son Terminator italien trop canon ? » C’est un compliment original, au moins !

Je devrais faire comme si de rien n’était, mais c’est plus fort que moi. Je lui renvoie un SMS.

« Mademoiselle Lewis, je pense que vous vous êtes trompée de destinataire. »

*****

Voilà pour les trois extraits qui vous donnent un aperçu de mon style d’écriture 😉

Il sera publié par Black Ink Editions le 3 mai 2019 en numérique et le broché paraîtra le 10 mai.

Je vous remets le lien Amazon :

 

Une fiche de lecture existe également sur le site de référencement littéraire Booknode. Il comprend d’autres extraits et commentaires de lecteurs.

https://booknode.com/le_prince_charmant_existe_____il_est_italien_et_tueur___gages___02647743

Pour information, le tome 2 sortira le 3 juin. Il s’agit d’une nouvelle histoire comportant d’autres thèmes, avec les anciens personnages + quelques nouveaux, qui se déroule sept ans plus tard.

Voici le titre ( si vous n’avez pas encore lu le 1er tome, attention, présence de spoilers dans le résumé du 2eme tome ! ) :

 

Amour, flingues et macaronis

 

60445491_301090477468112_6241561257548185600_n

 

Résumé

 

Ne me jugez pas trop vite. Ne me détestez pas.

Sept années de passion, de bonheur et de sexe torride pour en arriver là aujourd’hui…

Il y a six ans, à Florence, après moult mésaventures rocambolesques, moi, Robyn, j’ai épousé Valentino Massari, l’amour de ma vie. Mon Échelon Cinq est devenu le père d’adoption de ma fille.

Nous étions heureux tous les trois. Une famille épanouie.

Jusqu’à récemment, j’étais persuadée d’avoir déniché la perle rare avec mon macaroni.

J’étais convaincue que ma poisse légendaire s’était envolée.

Mais quelque chose de terrible s’est passé…

Détrompez-vous, le prince charmant n’existe pas.

L’homme que je prenais pour mon prince charmant est italien, tueur à gages… et je l’ai quitté.

*****

EXTRAIT

Chapitre 3 : « Je plains Satan, il a fait une mauvaise affaire. »

 

Valentin

 

La gérante hausse une épaule et retourne s’installer derrière son bureau. Elle fait pivoter son ordinateur portable dans ma direction pour me montrer son tableau de comptabilité en élevant des commentaires. Notre chiffre d’affaires ce mois-ci est excellent. Les objectifs sont atteints et même dépassés. Quant à la gestion des stocks, elle est irréprochable. Je félicite Angelica, qui sourit fièrement. Je ne suis pas avare de compliments lorsque mes salariés travaillent bien. Angie a réussi à se rendre indispensable au sein de mon équipe.

– Tu vas m’accorder mon augmentation de salaire, alors ? roucoule-t-elle en me grattant le dos de la main avec l’ongle de son index.

Je me tends.

Je sais bien qu’elle est homosexuelle et qu’elle n’a aucune arrière-pensée, mais je n’aime pas qu’une autre femme que Rob me touche, c’est une sensation viscérale. J’enlève ma main du bureau.

– Tu es déjà surpayée, Angie.

– Parce que je suis surqualifiée, Valentino !

– Tu es une casse-couilles.

– Oui, mais une casse-couilles surqualifiée.

 

***

Lien Amazon :

 

***************************************************

La Reine Courtisane 

 

70225255_374444353481682_4425148609440251904_n

Résumé

Après des siècles de paix, les quatre Éléments-Clans de l’île Symbiose se livrent une guerre sans merci. Sylvan, le jeune roi Falune, guerrier cruel et impitoyable capable de contrôler la magie de Feu, asservit les trois autres royaumes de Symbiose en semant la mort et la terreur sur son passage.

Je suis la reine Alena du Clan Gelane affilié à la magie de l’Eau. J’ai été capturée par mon pire ennemi lors du siège de ma cité. Je connais déjà le sort funeste qui m’attend ce soir. Comme les princesses des deux autres Éléments-Clans qui m’ont précédée, je suis destinée à devenir la nouvelle épouse du tyran Sylvan.

Et demain à l’aube… Je serai exécutée.

Mais reine ou esclave, je reste avant tout une Gelane. Je ferai honneur à notre devise ancestrale.

« Face à son ennemi, un Gelane ne verse aucune larme, et jamais il ne renonce à brandir ses armes. »

***

EXTRAIT

Chapitre I, Partie I : Aiguiser ses armes

 

De plus en plus nerveuse, je me répète en boucle comme pour m’en convaincre :

Je suis Alena Kan-Gelane, reine de l’Élément-Clan Gelane.

Puis je le distingue, lui.

Mon pire ennemi.

Mon bourreau.

Mon futur époux…

Et mon futur assassin.

Perché sur son imposant cheval de guerre caparaçonné dont la robe rousse rappelle la couleur du feu, le roi de l’Élément-Clan Falune, j’ai nommé le tristement célèbre Sylvan Ren-Falune, s’apprête à franchir les énormes portes ornées de lapis-lazulis à la tête de son armée de trois mille soldats.

Il va présenter à son peuple sa prise de guerre et, accessoirement, sa fiancée.

Moi.

Je ne sais pas à quoi il ressemble, car jusqu’à présent, je l’ai toujours vu avec son terrifiant heaume en forme de tête de dragon enfoncé sur le crâne. Il a beau être assis sur sa selle et engoncé dans son armure noire et or, on devine son impressionnante carrure. Il paraît presque aussi grand et musclé que mon geôlier. Il ne m’a pas dit un mot, lui non plus, même lorsque ses rustauds d’hommes m’ont capturée dans la salle du trône du palais d’Océanar sous ses yeux dissimulés derrière les fentes de son heaume. Sa cape en soie rouge vif repose sur la croupe de sa monture comme un étendard sanglant, visible de loin. Le pommeau en or ouvragé de son épée de maître dépasse de son baudrier.

Je hais viscéralement l’homme – ou le démon sans âme et sans cœur – qui se cache derrière le métal qui réverbère les ultimes rayons d’un soleil à l’agonie.

Et il me terrorise tout aussi viscéralement.

***

Lien Amazon :

*******************************

Myrina Holmes, tome 1 : Démons et merveilles

(sortie numérique le 6 mars 2020, sortie papier le 20 mars)

81283524_451065975563975_5779577395321241600_n

Je suis Myrina Holmes, la meilleure Traqueuse d’Infernum, chargée de neutraliser les créatures surnaturelles qui bafouent nos lois. 

Dans mon monde, les démons sont légion ! Quatorze pour être précise : sept vouées aux vertus cardinales et sept dominées par les péchés capitaux. 

Hybride marginale, je n’appartiens à aucun des deux camps, ce qui m’arrange. J’adore mon boulot et ma vie sur Terre quand je ne suis pas en mission. Sauf bien sûr lorsque de mystérieux cadavres tombent littéralement du ciel pour me torturer les méninges et que ma demi-sœur de succube se met à fréquenter l’Hybresang le plus exécrable qui soit, Kelen Wills. 

Pécheur surpuissant, commandant en chef d’une armée d’élite, il n’incarne pas UN péché capital, non : il les cumule tous les sept ! Avec une prédilection pour la luxure, la colère, l’orgueil et la gourmandise, mais gardez ce détail pour vous… 

Bref, l’odieux personnage s’est mis en tête de me séduire, sans doute parce que je suis la seule femme à résister à ses charmes douteux. 

Cet Hybresang peut toujours aller au diable, car j’ai d’autres démons de minuit à fouetter.

***

Lien Amazon :

********************************************************

La Guilde des Ombres, Tome I : Le Don de mort (sous contrat d’édition, à paraître en 2021)

la guilde des ombres

« Nous sommes tous destinés au baiser de la Mort. Seuls les dieux sont immortels. »

La Guilde des Ombres règne sur les rues misérables de Clepsydre, alias la Cité des Vices. Ces assassins elfides sont les bras armés de la Mort depuis cinq siècles. Pour accomplir leur œuvre ténébreuse, ils se servent de leurs lames affûtées et de leurs Dons surnaturels.

En ce jour, la Guilde des Ombres accueille une nouvelle recrue dans ses souterrains. Pour la première fois de l’histoire de Terreflamme, une enfant humaine est pressentie pour devenir une Ombre. Il s’avère que le Don de Panama ne ressemble à aucun autre : elle tue ses cibles par simple contact. Un élément prometteur aux yeux de Faucheur, le maître impitoyable chargé de sa formation. Lui est le meilleur assassin de la Guilde. Il est la glace et le calme incarnés. Sa jeune apprentie devra perpétrer trois assassinats avant de gagner son titre et son nom d’Ombre : le Tir à la Mouche, la Morsure Dorsale et le Baptême de Sang. Si l’orpheline ne parvient pas à contrôler son redoutable pouvoir, elle sombrera dans une folie insidieuse. Si elle échoue à son apprentissage, elle embrassera la déesse de la Mort.

Mais Faucheur est bien déterminé à transformer son minerai de fer brut en une parfaite arme meurtrière.