Prochain livre fantasy à venir, « La Guilde des Ombres : le Don de mort »

Bonsoir mes agneaux,

J’arrive bientôt à la fin de la publication de mon roman fantasy sur Wattpad, la Reine Courtisane. Il ne me reste que 5 chapitres à écrire. Et qui dit fin d’une publication dit début d’une autre…

J’étais encore indécise il y a quelques semaines sur le fait de dévoiler mon roman « phare » sur Wattpad, mais l’enthousiasme autour de la Reine Courtisane m’a décidée à tenter le coup pour voir s’il réussirait aussi à séduire un lectorat.

Comme pour Myrina Holmes : Démons et merveilles, je vous le présente ici sur mon blog avant mon annonce officielle sur Wattpad.

Il s’agit d’une dark-fantasy. Si vous ne connaissez pas encore ce genre, je vous donne un exemple représentatif : Game of Thrones. Pour ma part, j’ai redécouvert ce genre il y a quelques années à travers la trilogie de l’Ange de la nuit de Brent Weeks. J’ai également beaucoup apprécié Keleana l’Assassineuse de Sarah J. Maas, même si cela reste de la fantasy plus classique.

Les assassins et les dragons exercent une véritable fascination sur moi. Donc, voilà quelques années, j’ai décidé de combiner les deux dans La Guilde des Ombres : le Don de mort. J’ai détaillé, travaillé, corrigé, relu cette histoire des centaines de fois et je n’en suis toujours pas satisfaite. J’ai la sensation que mes ambitions sont devenues en quelque sorte un peu trop élevées, et d’avoir presque trop approfondi et complexifié ce livre. C’est pourquoi il me faut des avis extérieurs pour savoir ce qu’il vaut. S’il faudrait que j’envisage de raccourcir ou de simplifier certains passages, par exemple. Ainsi, je vais pouvoir voir si je dois le retravailler avant de le soumettre à des maisons d’édition d’ici quelques mois.

L’histoire est bien plus sombre, dure et violente que mes autres écrits. Elle comporte de la romance et de l’érotisme dans sa deuxième moitié, mais ce ne sont pas les thèmes principaux ( même s’ils ont une importance non négligeable pour bien comprendre la psychologie des personnages. ) Le champ lexical de la mort est omniprésent dans ce roman. Malgré tout, il contient bien plus d’humour noir que la Reine Courtisane ( mais pas autant que mes deux chick-lit et ma bit-lit Myrina Holmes, forcément ! )

Dans ce tome, on suivra l’apprentissage difficile d’une petite fille qui vient de perdre ses parents dans des circonstances particulières et qui présente des prédispositions naturelles pour devenir une Ombre, un assassin de Clepsydre. Elle va grandir dans cet environnement ténébreux et sanglant, armée de son tempérament fougueux, de son intelligence et de sa volonté, en étant entourée d’une galerie de personnages tous plus psychopathes et amoraux les uns que les autres. A commencer par son mentor, l’assassin le plus dangereux de la confrérie. Un mystère ambulant qui, contrairement à elle, semble incapable de ressentir la moindre émotion.

Quant aux dragons… Eh bien, vous verrez rapidement comment ils s’intègrent dans cette histoire 😉

La quête identitaire de la jeune héroïne est l’intrigue principale, mais il y a plusieurs intrigues secondaires liées aux personnages adultes. Complots, trahisons, politique, guerre. Vous l’avez compris, ici on entre dans le camp et la tête des « méchants » ( même si je n’aime pas trop ce terme simpliste et réducteur… )

Je pourrais en parler pendant des heures, alors je vais m’arrêter là et vous dévoiler la couverture, le résumé et un extrait en attendant la publication imminente.

 

La Guilde des Ombres.png

 

« Nous sommes tous destinés au baiser de la Mort. Seuls les dieux sont immortels. »
La Guilde des Ombres règne sur les rues misérables de Clepsydre, alias la Cité des Vices. Ces assassins elfides sont les bras armés de la Mort depuis cinq siècles. Pour accomplir leur œuvre ténébreuse, ils se servent de leurs lames affûtées et de leurs Dons surnaturels.
En ce jour, la Guilde des Ombres accueille une nouvelle recrue dans ses souterrains. Pour la première fois de l’histoire de Terreflamme, une enfant humaine est pressentie pour devenir une Ombre. Il s’avère que le Don de Panama ne ressemble à aucun autre : elle tue ses cibles par simple contact. Un élément prometteur aux yeux de Faucheur, le maître impitoyable chargé de sa formation. Lui est le meilleur assassin de la Guilde. Il est la glace et le calme incarnés. Sa jeune apprentie devra perpétrer trois assassinats avant de gagner son titre et son nom d’Ombre : le Tir à la Mouche, la Morsure Dorsale et le Baptême de Sang. Si l’orpheline ne parvient pas à contrôler son redoutable pouvoir, elle sombrera dans une folie insidieuse. Si elle échoue à son apprentissage, elle embrassera la déesse de la Mort.
Mais Faucheur est bien déterminé à transformer son minerais de fer brut en une parfaite arme meurtrière. 

 

*****

Extrait Chapitre I : Un foyer de ténèbres

 

« Un piaillement perçant attira l’attention de la sauvageonne, l’arrachant à ses réflexions. Un moineau au plumage marron-roux gigotait sur le sol de la cour tout près d’elle. Il venait de heurter le mur de la vieille bâtisse délabrée et s’était cassé une aile sous la violence de l’impact. Rongée de curiosité, Panama se rapprocha subrepticement du volatile éclopé en penchant la tête sur le côté. Le moineau aurait aimé reprendre son envol. Il paraissait implorer son aide par ses petits cris plaintifs. La fillette rousse le prit doucement entre ses paumes. Presque aussitôt, l’oiseau mourut dans ses mains, ébranlé par une dernière convulsion. Elle analysa longuement la petite dépouille à plumes au creux de ses mains sales.

Un sourire se gribouilla sur ses lèvres pâles. Le bienheureux. Il ne souffre plus. Il est libre.

La sauvageonne releva tout à coup la tête, tressaillit de stupeur et recula précipitamment contre le mur.

Il était accroupi devant elle, un coude appuyé sur la cuisse. Sa cape traînait sur le sol autour de lui, pareille à des ailes de démon. Panama n’avait même pas entendu le bruit de ses bottes en cuir sur les pavés, à croire que ses semelles étaient rembourrées ! Instantanément, elle fut captivée par ses fines oreilles en pointe et la profonde nuance anthracite de sa peau – c’était donc un elfide ! – et, surtout, aspirée par ses incroyables yeux vairons.

Le droit était noir pailleté d’argent. Ciel de nuit constellé d’étoiles.

Le gauche était bleu glacier. Lac gelé au plus fort de l’hiver.

Le grand elfide ténébreux étudiait la fillette comme elle avait étudié les autres enfants, c’est-à-dire avec une sorte de détachement scientifique. Il finit par enlever ses gants en cuir et les glissa à l’avant de sa ceinture. Puis il tendit ses paumes ouvertes en coupe vers elle.

– Un tour de magie ? proposa-t-il dans un murmure en adoptant le dialecte de son île natale avec un accent infime.

Panama jaugea un long moment le modelé froid et parfait de ses traits. Cet être n’était pas juste attirant : il était beau à couper le souffle. Du fait de sa proximité, elle avait l’impression que la cour était devenue déserte. Elle ne remarquait plus personne autour d’eux, ni orphelins, ni hyènes, ni faucon. Non, ce n’est pas une panthère, se dit-elle en avisant son visage fauve vibrant de puissance contrôlée. C’est un tigre, un tigre des neiges.

La donnienne lui remit la dépouille du moineau. Il referma ses longues mains grises sur sa petite offrande morte, lui communiquant la chaleur de sa peau.

– Regarde, dit-il tout bas.

La sauvageonne obtempéra et cligna des paupières, croyant qu’elle hallucinait.

Les plumes du moineau venaient de trembler entre les doigts entremêlés de l’elfide.

Il écarta subitement les mains pour libérer l’oiseau au plumage roux qui déploya ses petites ailes et s’envola à toute vitesse, plein de vigueur. Il fendit les airs comme une flèche en s’élevant vers le toit de l’orphelinat. Bouche bée, Panama reporta ses yeux arrondis sur l’étranger qui ne bronchait pas. Il est comme moi ! cria une voix hystérique dans son cerveau, son cœur battant à tout rompre.

C’était la première fois qu’elle rencontrait quelqu’un qui détenait un tel pouvoir.

Le tigre des neiges abaissa sa main gauche, son autre main demeurant tendue vers la fillette pour l’inviter à le suivre.

– Panama Carswell, tu as un talent exceptionnel à cultiver.

Un talent exceptionnel. Personne ne lui avait jamais fait un tel compliment.

Malgré son extraordinaire apparence qui aurait inquiété plus d’une enfant ordinaire…

Malgré les avertissements de sa défunte mère sur le fait de se méfier des inconnus…

Malgré le regard intensément calculateur et le visage inexpressif du tigre…

Cet elfide inspirait spontanément à la sauvageonne une confiance abyssale, qui défiait toute logique, toute raison. Un lien obscur et indicible les unissait par-delà l’espace et le temps.

Il connaissait son nom. Il était venu pour elle.

Sans hésiter, Panama Carswell glissa sa petite main blanche et froide dans celle de Faucheur, le Haut-Maître de la Guilde des Ombres. »

2 réflexions au sujet de “Prochain livre fantasy à venir, « La Guilde des Ombres : le Don de mort »”

  1. Bonsoir,
    Voilà une entrée en matière qui donne envie.
    La mauvaise nouvelle qui consiste en la fin de la reine courtisane est effacée par cette nouvelle histoire que je lirai avec un grand plaisir comme toutes tes histoires.
    Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

  2. Salut cocotte,
    Bon ben encore un livre que je vais dévorer, tout à fait mon style.
    D’ailleurs à bien y réfléchir, tout ce que tu écris me transporte, et c’est tout simplement magique.
    Au fait, ton extrait m’a fait un drôle d’effet, ton texte est vivant, il respire la puissance, le côté obscur, les secrets, et la…Mort.
    J’ai adoré l’extrait !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s